Christine Mermillod-Lauraz, PDG de La Gerbe Savoyarde

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

« J’ai grandi au-dessus du fournil de mes parents. Leur laboratoire de pâtisserie était au fond de la cour. Leur boulangerie-pâtisserie au cœur d’Annecy, c’était leur troisième enfant. Je ne voulais pas la reprendre. 

 

Quel est votre parcours ? 

Après mon école de commerce, je suis allée travailler ailleurs, puis je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire dans l’entreprise que mon père avait développée. Il était déjà passé à l’étape industrielle en créant un site de production en périphérie d’Annecy, la Gerbe d’Or. Il avait ensuite commencé l’activité surgelés sous l’enseigne Gerbe Savoyarde et racheté d’autres entreprises en région Rhône-Alpes. Les boulangers avaient déjà de meilleures conditions de travail et une meilleure qualité de vie. Je suis entrée dans l’entreprise en 1990 via une formation en alternance proposée par le SNIBP (FEB) pour apprendre tous les métiers de la production. Mon mari et moi avons participé à la structuration et à la croissance de l’entreprise. 

 

Comment arrivez-vous à vous adapter aux changements de consommation ?

Aujourd’hui, l’organisation et la démarche qualité mises en place sont certifiées IFS, mais nous n’oublions pas pour autant nos origines artisanales et tenons compte de l’avis de mes parents concernant la qualité des produits.

 

Quelle est la recette dont vous êtes le plus fier ? 

Nous sommes revenus à des recettes plus traditionnelles et authentiques. Nous avons une gamme élargie qui privilégie des produits de qualité, réinventés à partir de matières premières locales, bio ou issues de l’agriculture raisonnée. 

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ? 

Nous avons aussi plaisir à proposer des produits toujours plus savoureux en utilisant à la fois les technologies actuelles et des méthodes traditionnelles, comme la cuisson sur sole de pierre.” 

 

Christine Mermillod-Lauraz, PDG de La Gerbe Savoyarde