Nouvelle réforme assurance chômage : la FEB réagit !

 

Le Gouvernement a détaillé le 18 juin dernier la réforme de l’assurance chômage et les dispositifs d’accompagnement des chômeurs, parmi lesquels le fonctionnement du dispositif de bonus-malus sur les contrats courts. L’objectif serait d’allonger la durée des contrats et de limiter les contrats très précaires, dans certains secteurs, dont celui des industries agroalimentaires.

 

Cette nouvelle rĂ©forme est inquiĂ©tante pour les industriels et les distributeurs du secteur de la Boulangerie-Viennoiserie-Pâtisserie qui emploient près de 42 000 personnes sur le territoire. En effet, notre secteur dĂ©pend d’une convention collective divisĂ©e en deux activitĂ©s.

 

D’une part, la production industrielle de boulangerie-viennoiserie-pâtisserie, caractérisée par une forte saisonnalité et une variation de la main d’œuvre. La taxation des contrats courts pourrait freiner les entreprises dans leur recrutement et leur développement à moyen terme.

 

D’autre part, la cuisson des produits en boulangeries qui recouvre les activités de cuisson et de vente de produits de boulangerie devrait être exclue du dispositif envisagé notamment pour éviter une distorsion de concurrence.

 

La FEB s’inquiète sur les modalités de mise en place d’un dispositif de bonus-malus visant le recours à des contrats courts. La FEB a adressé un courrier à la ministre du Travail et de l’Emploi et au Premier Ministre pour les alerter sur les conséquences économiques très dommageables de cette réforme et ce notamment par rapport à la distorsion de concurrence lié au second code NAF.