INTERDICTION DU DIOXYDE DE TITANE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2020

 

Depuis quelques annĂ©es, la dangerositĂ© du dioxyde de titane est au cĹ“ur des inquiĂ©tudes des associations de dĂ©fense des consommateurs et de l’environnement. Les premiers doutes ont Ă©tĂ© soulevĂ©s en mai 2018 par Brune Poirson, secrĂ©taire d’État Ă  la Transition Ă©cologique ; ce qui a abouti sur une suspension de l’utilisation de cette substance dans les produits alimentaires. Cette disposition, reprise dans la loi alimentation promulguĂ©e en novembre dernier, n’avait pas pu s’appliquer sans un arrĂŞtĂ© du Ministère de l’Economie et sous rĂ©serve d’un nouvel avis de l’agence sanitaire. Finalement, suite Ă  la publication de cet avis par l’Anse, les ministères de la Transition Ă©cologique et de l’Economie ont annoncĂ© ce mois-ci son interdiction dĂ©finitive Ă  partir du 1er Janvier 2020. Voici un extrait des quatre articles de cet arrĂŞté :

 

Article 1 : La mise sur le marchĂ© des denrĂ©es alimentaires contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane – TiO2) est suspendue pour une durĂ©e d’un an.

Article 2 : Les frais affĂ©rents Ă  l’application des dispositions du prĂ©sent arrĂŞtĂ© sont mis Ă  la charge du responsable de la mise sur le marchĂ© national des denrĂ©es contenant l’additif E 171.

Article 3 : Le présent arrêté entre en vigueur le 1er janvier 2020.

Article 4 : La directrice gĂ©nĂ©rale de la concurrence, de la consommation et de la rĂ©pression des fraudes est chargĂ©e de l’exĂ©cution du prĂ©sent arrĂŞtĂ©, qui sera publiĂ© au Journal officiel de la RĂ©publique française.

 

Le dioxyde de titane, utilisé principalement comme colorant afin de blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires, est soupçonné avoir des effets cancérigènes. Indiqué sur les étiquettes par TiO2 ou E171, il est constitué de nanoparticules pouvant pénétrer facilement dans l’organisme. Les nouvelles analyses effectuées par l’agence sanitaire n’ont pas permis d’écarter ce risque. Cependant, ce colorant reste utilisé pour les médicaments et les dentifrices.

 

Retrouvez ICI l’arrêté du 17 avril 2019.